60 étudiants aidés en 2017

Mathilde CHEVALLIER

Cl. 212

Maxime JOUNIAUX

Li. 212

Gaspard LEMOINE-SCELLES

An. 212

Mathilde CHEVALLIER

Cl. 212

L’aide pour les études à l’étranger

Les bourses Magne, Fouque, Douchet et Fondation Suisse de la Société sont une aide précieuse pour les élèves décidés à effectuer la dernière partie de leur cursus à l’étranger dans une école ou une université internationale de renom. De plus, la Fondation Arts et Métiers a créé en 2015 un programme complémentaire, les bourses d’excellence, ce qui a permis de faire passer le nombre de bourses distribuées à 60 contre 33 en 2014.

Rendez-vous incontournable du mois de juin, ces bourses ont été remises aux lauréats lors de la cérémonie officielle le 9 juin 2017 à l’hôtel d’Iéna.   

Ces bourses permettent aux bénéficiaires de boucler leur budget qui représente un investissement lourd par rapport au frais de scolarité à l’ENSAM. Le montant total distribué par la Société et la Fondation s’est élevé à 264 000€ en 2017. 

175 candidatures cette année

Maxime JOUNIAUX

Li. 212

«Les dossiers étaient de très bonne tenue. Les étudiants font preuve de davantage de maturité dans leur préparation. Par soucis d’équité et afin de réduire le degré de subjectivité, nous avons donc mis en place un rigoureux système de sélection», souligne Pierre Orsoni (Li. 56), responsable Prix et bourses de la Société.

Les critères de sélection portent sur les résultats scolaires, la qualité du projet professionnel, l’engagement de l’étudiant dans des activités associatives, culturelles, humanitaires ou encore sportives, le choix du cursus (ceux conduisant à l’obtention d’un double diplôme sont privilégiés), le plan de financement et, bien sûr, la situation familiale. L’attribution des bourses d’excellence de la Fondation Arts et Métiers ne prend cependant pas compte de ce dernier critère.

Comme chaque année, les destinations de prédilection des étudiants sont les États-Unis, le Canada, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la Chine et l’Australie. Certains d’entre eux poursuivront également leur cursus en Italie, en Écosse, en Suisse, en Suède, au Danemark et même en Pologne. Quel que soit leur choix, celui-ci a été mûrement réfléchi, dicté à la fois par la raison et par la passion. Oriana Peltzer (Bo. 215) va à Standford se spécialiser en robotique. «C’est un sujet qui me passionne depuis le lycée. Je fais aussi partie du club Robot de l’École. J’ai choisi les États-Unis car j’y suis née et j’y ai vécu jusqu’à l’âge de 10 ans. Je vais ainsi redécouvrir et mieux connaître la culture du pays de mon enfance.»

Gaspard LEMOINE-SCELLES

An. 212

Financées grâce aux dons et legs de gadzarts désireux de manifester leur reconnaissance envers leur École et d’être solidaires des jeunes générations, ces bourses ont pour contrepartie un rapport d’expérience que chaque heureux élu devra fournir une fois bien installé dans son établissement d’accueil.

60
étudiants aidés

264 000€
euros d'aides

13
pays de destination